Tendances économiques

Selon les prévisions du Fonds Monétaire International pour l’année 2013, la croissance de l’économie israélienne devrait atteindre 2,9% cette année et 3,2% l’année prochaine – un taux de croissance plus rapide que la plupart des pays occidentaux développés (le taux de croissance ayant atteint 4,7% en 2011). La prévision a été transmise au mois de septembre 2012 à Tokyo lors des rencontres annuelles du FMI et du Groupe de la Banque Mondiale, à laquelle ont participé les ministres des finances et les gouverneurs des Banques Centrale de 200 pays.

Le taux annuel d’inflation en Israël devrait rester faible, autour des 2 %, avec taux de chômage à 7%. Le déficit budgétaire du gouvernement, selon les prévisions du FMI, se situera à 3,5 % du PIB et devrait tomber à 3,3 % pour l’année prochaine. En outre, le déficit budgétaire du gouvernement israélien devrait tomber à 2,5 % du PIB en 2015.

A titre comparatif, les déficits budgétaires américains et britanniques devraient stagner à 4,5 % du PIB de ces pays.

Suite à l’amélioration de la situation en Israël, les économistes du FMI ont constaté un assouplissement supplémentaire dans le ratio de la dette-PIB, qui devrait tomber à 73% l’année prochaine, 72% en 2014 (inférieur à la prévision du ratio de la dette-PIB de l’Allemagne), et à seulement 67% dans cinq ans.

Aux États-Unis le ratio dette-PIB devrait passer à 112% l’année prochaine et atteindre les 114% au cours des prochaines années.

Dans les graphiques accompagnant l’examen du FMI des politiques fiscales, Israël se distingue comme un pays ayant réussi de manière exceptionnelle à réduire la dette d’état pendant la crise, contrairement à la tendance mondiale.

Les prévisions dépendent de la performance de la plupart des politiques fiscales auxquelles les gouvernements se sont engagés à ce jour, y compris le gouvernement israélien. Les prévisions ne prennent en compte aucun développement politique ou lié à la sécurité, qui pourrait influencer l’économie aussi bien positivement que négativement.