L’eau

Israël a souffert d’une pénurie chronique d’eau depuis des années et connu la sécheresse au cours des dernières années. La hausse de la demande en eau pour les usages domestiques, causée par la croissance de la population et l’augmentation du niveau de vie, ainsi que la nécessité de fournir de l’eau conformément aux engagements internationaux, ont conduit à une sur-utilisation de ses ressources hydrauliques renouvelables.

La politique du secteur de l’eau, en particulier au cours de la dernière décennie, alliée à l’absence de mesures adéquates face à la situation de pénurie d’eau imminente, a contribué à l’aggravation de la crise actuelle.

Le secteur agricole a le plus souffert de la crise. En raison de la pénurie d’eau, les allocations d’eau dans ce secteur ont dû être considérablement réduites, entraînant une baisse de la productivité agricole.

La crise actuelle a amené à la mise en place d’un plan directeur en vue de changements politiques, institutionnels et opérationnels nécessaires afin de stabiliser la situation et améliorer le bilan de l’eau en Israël dans une perspective à long terme.

Le potentiel annuel moyen total en eau renouvelable s’élève à environ 1 800 Mm3, dont environ 95% sont déjà exploités et utilisés pour la consommation domestique et l’irrigation. Environ 80% de l’eau potentielle se trouve dans le nord du pays et 20 % seulement dans le sud.

Les principales ressources en eau d’Israël sont : le lac de Tibériade – la mer de Galilée, l’aquifère côtier – le long de la plaine côtière de la mer Méditerranée, et l’aquifère de la montagne – sous la ligne nord-sud centrale de la chaine de montagne du Carmel. D’autres petites ressources régionales sont situées en Haute Galilée, Galilée occidentale, dans la vallée de Beit Shean, la vallée du Jourdain, le rift de la Mer Morte, le Néguev et l’Arava.

La quantité moyenne à long terme pour reconstituer l’eau à partir des principales ressources d’eau s’élève à environ 1 800 Mm3 par an.

La pénurie d’eau dans le sud, la région semi-aride d’Israël, nécessite la construction d’un vaste système de distribution d’eau qui alimenterait en eau cette région à partir de sources situées dans le nord.

Ainsi, la plupart des ressources en eau douce du pays ont été reliées entre elles par la Compagnie Nationale des Eaux, projet mis en service en 1964.

La Compagnie Nationale des Eaux fournit un mélange d’eaux de surface et d’eaux souterraines. L’eau non utilisée par les consommateurs est rechargée dans l’aquifère par des bassins de diffusion et des puits à usage double. La recharge des aquifères permet d’éviter les pertes par évaporation et, dans la zone côtière, l’intrusion d’eau de mer.

Le réseau national d’adduction d’eau approvisionne un total de 1000 grands consommateurs, y compris 18 municipalités et 80 collectivités locales.

En 2012, l’usine de traitement des eaux usées de la région Dan a été citée comme un modèle mondial par l’Organisation des Nations Unies. L’usine, connue localement sous le nom de Shafdan, a été félicitée pour sa méthode unique d’utilisation des propriétés du sable comme filtre naturel afin d’améliorer la qualité des eaux usées.

Image Bank

No images found

Related EIPA Updates

No EIPA updates found