Le Mandat Britannique

Le Mandat Britannique

Le « Mandat Britannique sur la Palestine » a été institué par la Société des Nations au début du 20ème siècle, afin d’administrer les territoires non autonomes après la chute de l’Empire Ottoman.

La puissance mandataire, nommée par un organisme international, devait considérer le territoire sous mandat comme une charge temporaire avec pour but de se consacrer au bien-être et au développement de sa population.

En juillet 1922, la Société des Nations confia à la Grande-Bretagne le mandat sur la Palestine.

Reconnaissant « le lien historique du Peuple juif avec la Palestine », la Grande-Bretagne était conviée à faciliter la création d’un foyer national juif en Palestine – Eretz Israël (Terre d’Israël).

Peu après, en septembre 1922, la Société des Nations et la Grande-Bretagne décidèrent que les dispositions concernant la création d’un foyer national juif ne s’appliqueraient pas sur la région à l’est de la rivière du Jourdain, qui constituaient les trois-quarts du territoire inclus dans le mandat et devinrent par la suite le Royaume hachémite de Jordanie.

Les autorités du Mandat Britannique accordèrent aux communautés juives et arabes le droit de gérer leurs affaires internes. Ainsi, le Yishouv créa l’Assemblée élue et le Conseil national. L’économie se développa, un réseau éducatif en hébreu fut mis en place et la vie culturelle commença à prospérer.

Le gouvernement mandataire ne parvint pas à maintenir la lettre et l’esprit du mandat. Sous la pression arabe, il se retira de son engagement, en particulier sur les questions relatives à l’immigration et à l’acquisition des terres.

Les Livres Blancs de 1930 et de 1939 restreignirent l’immigration et l’acquisition des terres par les Juifs.

Plus tard, l’immigration fut limitée par les Livres Blancs de 1930 et 1939, et l’acquisition des terres par les Juifs fut sévèrement restreinte par le Règlement du Transfert des Terres de 1940.

Après l’adoption par l’Assemblée générale des Nations unies de la résolution sur la partition de la Palestine en deux Etats, l’un juif et l’autre arabe, le 29 novembre 1947, la Grande-Bretagne annonça la fin de son mandat sur la Palestine, qui entra en vigueur à compter du 15 mai 1948. Le 14 mai 1948, l’État d’Israël fut proclamée.