Les Juifs sur la Terre

Le Peuple juif fonde sa revendication sur la Terre d’Israël sur au moins quatre principes :

1) Dieu a promis cette Terre au patriarche Abraham ;
2) Le Peuple juif s’est implanté et a développé cette terre ;
3) La communauté internationale a accordé au Peuple juif une souveraineté politique en Palestine ;
4) Le territoire a été saisi au cours de guerres défensives.

Les douze tribus d’Israël ont formé la première monarchie constitutionnelle en Palestine vers 1000 av. J-C.

Le deuxième roi, David, a fait de Jérusalem pour la première fois, la capitale du pays. Bien que finalement la Palestine ait été divisée en deux royaumes séparés, l’indépendance juive a duré 212 ans. C’est presque l’équivalent de la période dont les Américains jouissent de leur indépendance dans leur pays connu depuis sous le nom des Etats-Unis.

Même après la destruction du Second Temple de Jérusalem et le début de l’exil, la vie juive en Palestine a perduré et souvent prospéré. De grandes communautés se sont établies à nouveau à Jérusalem et à Tibériade au cours du 9ème siècle. Au 11ème siècle, des communautés juives se sont développées à Rafah, Gaza, Ashkelon, Jaffa et Césarée.

De nombreux Juifs ont été massacrés par les Croisés au cours du 12ème siècle, mais la communauté a rebondi au cours des deux siècles suivants avec un grand nombre de rabbins et pèlerins juifs ayant immigré à Jérusalem et en Galilée. D’éminents rabbins ont établi des communautés à Safed, Jérusalem et ailleurs pendant les 300 années qui ont suivi.

Au début du 19ème siècle, des années avant l’émergence du mouvement sioniste moderne, plus de 10 000 Juifs vivaient dans ce qui est aujourd’hui Israël.

Lorsque les Juifs commencèrent à immigrer en Palestine en masse en 1882, moins de 250 000 Arabes y vivaient, et la majorité d’entre eux était arrivée au cours des dernières décennies. La Palestine n’a jamais été exclusivement un pays arabe, bien que l’arabe soit devenu progressivement la langue de la majorité des habitants après les invasions musulmanes du 7ème siècle.

Aucun état arabe ou palestinien indépendant n’a jamais existé en Palestine. Lorsque l’éminent historien arabo-américain de l’Université de Princeton, le professeur Philip Hitti, a témoigné contre le partage de la Palestine devant le Comité anglo-américain en 1946, il a déclaré : “Il n’existe pas de “Palestine” historique, absolument pas.” En fait, la Palestine n’est jamais explicitement mentionnée dans le Coran, elle est plutôt appelé “Terre Sainte” (al-Arad al-Muqaddash).

Avant le plan de partition, les Arabes palestiniens ne se percevaient pas comme détenteur d’une identité distincte.

Image Bank

More than a century of Jewish immigration to the Land of Israel Dead Sea Scrolls - the Great Isaiah Scroll

Related EIPA Updates

No EIPA updates found