L’Holocauste

L’Holocauste a été un processus de persécution et d’extermination systématique, bureaucratique et étatique d’environ six millions de Juifs en Europe par le régime nazi et ses collaborateurs.

« L’Holocauste » (« Shoah » en hébreu) est un mot d’origine grecque signifiant « le sacrifice par le feu ». Les Nazis arrivés au pouvoir en Allemagne en janvier 1933, estimaient que les Allemands étaient « racialement supérieurs » et que les Juifs, considérés comme « inférieurs », formaient une menace étrangère à la prétendue communauté raciale allemande.

Alors que la persécution nazie envers les Juifs débuta en 1933, le massacre fut perpétré durant la Seconde Guerre mondiale. Il fallut aux Allemands et à leurs complices quatre années et demie pour commettre le meurtre de six millions de Juifs. La période s’étendant du mois d’avril au mois de novembre 1942, soit 250 jours, marqua le summum de ce massacre lors duquel environ deux millions et demi juifs furent assassinés. Ils ne firent preuve d’aucune retenue, le ralentissement des massacres découla uniquement du manque de Juifs à tuer, et ils ne cessèrent qu’avec la victoire des Alliés.

Aucune fuite ne fut possible. Les assassins ne se contentèrent pas de détruire les communautés ; ils s’appliquaient  également à retrouver chaque juif caché et à pourchasser chaque fugitif.

Le crime d’être juif était si grand, que la mise à mort de chaque individu s’imposait – les hommes, les femmes, les enfants, les personnes engagées, les indifférents, les apostats, les personnes saines et créatives, les malades et les paresseux – tous étaient censés souffrir et mourir, sans sursis, sans espoir, sans amnistie possible, et sans aucune chance de traitement de faveur.

Les méthodes employées lors des massacres furent les mêmes dans tous les camps d’extermination, sous l’administration de la S.S. Les victimes arrivaient par wagon de marchandises et par train de voyageurs, en provenance pour la plupart des ghettos et des camps situés la Pologne occupée, mais également de presque tous les autres pays d’Europe de l’Est et de l’Ouest.

À l’arrivée, les hommes étaient séparés des femmes et des enfants. Les prisonniers étaient forcés de se déshabiller et de remettre tous leurs objets de valeur. Ils étaient ensuite conduits nus dans les chambres à gaz, à l’apparence de salles de douche, puis du monoxyde de carbone ou du Zyklon B (une forme d’acide cyanhydrique cristallin, utilisé également comme insecticide dans certains camps) était utilisé pour les asphyxier.

Une minorité sélectionnée pour le travail forcé était, après une première mise en quarantaine, exposée à la malnutrition, au froid, aux épidémies, aux expériences médicales, et à des actes de la brutalité; nombreux furent ceux qui périrent par la suite.

Les Allemands menaient leurs activités meurtrières de façon systématique avec l’aide active de collaborateurs locaux dans de nombreux pays et avec le consentement ou l’indifférence de millions de spectateurs.

Toutefois, des cas de résistance organisée ont été constatés. Des individus dans de nombreux pays ont risqué leur vie pour sauver des Juifs et d’autres personnes faisant l’objet des persécutions nazies. Ces personnes sont devenues plus tard les « Justes parmi les nations » pour lesquels il a été rendu honneur à Yad Vashem, l’institut et mémorial de l’Holocauste à Jérusalem. L’un des plus célèbres fut Raoul Wallenberg, diplomate suédois, qui entreprit des efforts de sauvetage considérables ayant permis de sauver la vie de dizaines de milliers de Juifs hongrois en 1944.

Des mouvements de résistance avaient été organisés dans presque tous les camps de concentration et ghettos d’Europe. La résistance juive du ghetto de Varsovie a conduit à un soulèvement courageux en avril-mai 1943, en dépit d’un résultat prévisible, voué à l’échec, du fait de la supériorité des forces allemandes. En général, les opérations de sauvetage ou d’aide aux victimes de l’Holocauste ne constituaient pas une priorité pour les organisations de résistants dont l’objectif principal était de mener la guerre contre les Allemands. Néanmoins, de tels groupes et des partisans juifs (combattants de la résistance) ont parfois coopéré ensemble pour sauver des Juifs.

La plupart des Juifs d’Europe étaient morts en 1945. Une civilisation qui avait prospéré pendant près de 2 000 ans n’était plus.

Image Bank

Soviet POW's waiting for the gas chamber Railroad leading to Auschwitz Main gate of the Nazi concentration camp Auschwitz, with the sign above the gate reading 'Arbeit Macht Frei' Hard work will set you free Arrival of Hungarian Jews in Auschwitz-Birkenau extermination camp

Related EIPA Updates

No EIPA updates found