Le plan de désengagement de Gaza

Le plan de désengagement de Gaza

Le plan de désengagement de Gaza a été lancé par le gouvernement israélien au mois d’août 2005. Le plan prévoyait le démantèlement des colonies israéliennes dans la bande de Gaza, le retrait des colons israéliens de ce territoire en Israël ainsi que le retrait des forces armées israéliennes.

Quatre implantations de Cisjordanie ont également été évacuées. L’administration du Président américain George W. Bush a soutenu le retrait d’Israël avec la conviction qu’elle ferait avancer le processus de paix.

Le plan a été adopté par le gouvernement le 6 juin 2004, et mis en œuvre le 15 août 2005, la date limite donnée aux habitants des implantations de la bande de Gaza pour évacuer la région.

Le plan consista à démanteler les foyers et les communautés d’environ 9 000 Israéliens qui habitaient dans ces zones depuis trois décennies.

Les zones évacuées comprenaient 17 implantations au sud de Gaza, connues sous le nom de Goush Katif, quatre implantations dans le nord de la bande de Gaza et quatre colonies en Cisjordanie.

Rien que dans la bande de Gaza, Israël a démantelé 38 synagogues, fermé 42 garderies et 46 jardins d’enfants, écoles primaires et secondaires. L’évacuation signifia également la perte de 10 000 emplois créés par les Israéliens dans le secteur agricole, dont la moitié était détenue par les Palestiniens.

Le plan de désengagement a entraîné des pertes économiques massives pour Israël dans le secteur agricole. Par exemple, 60 pourcents des exportations de tomate cerise d’Israël étaient issus des fermes agricoles et des serres  israéliennes de ces mêmes zones et 70 pourcents des produits organiques d’Israël  étaient cultivés dans la bande de Gaza.

Lorsque les Israéliens quittèrent Gaza lors du processus désengagement, ils abandonnèrent presque 400 hectares  de serres.

Le Premier Ministre Ariel Sharon a cité la volonté d’Israël à faire de pénibles sacrifices pour la paix, sa sécurité et sa position éminente parmi la communauté internationale comme les facteurs essentiels ayant contribué à sa décision de soutenir ce que beaucoup considèrent comme la plus importante initiative israélienne pour la paix au cours des deux dernières décennies.

Le soutien israélien pour le retrait de la bande de Gaza et de certaines parties de la Cisjordanie était instable, mais la majorité des Israéliens a soutenu le retrait.

Avec le temps, depuis que le retrait officiel d’Israël de la région en 2005 dans le cadre du plan de désengagement de Gaza, les organisations terroristes palestiniennes y ont prospéré. 9 393 roquettes et missiles ont été tirés sur les civils israéliens vivant de l’autre côté de la frontière avec Gaza.

En 2006, l’organisation terroriste du Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza après de sanglants combats avec son rival, le Fatah.