Le blocus de Gaza

Depuis que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2006, suite au retrait total d’Israël un an plus tôt, Israël a maintenu un blocus naval de la zone côtière en vertu d’une position juridique selon laquelle la bande de Gaza est gouvernée par un pouvoir hostile.

Il ne fait aucun doute que le Hamas contrôle Gaza, qu’il est question d’un mouvement islamiste hostile à l’existence même de l’État d’Israël et qui, à plusieurs reprises, a bombardé des cibles civiles en Israël avec des armes passées par voie de contrebande maritime dans la bande de Gaza.

En vertu du droit international et du droit élémentaire selon le sens commun, Israël est en droit de s’assurer qu’un régime ennemi ne se procure pas les moyens de lui faire la guerre.

Alors qu’Israël applique légalement le blocus naval de la bande de Gaza, il garantit qu’environ 250 à 280 camions entrent dans Gaza du dimanche au jeudi, avec un approvisionnement d’environ 6 000 tonnes de marchandises et de matériaux par le point de passage de Kerem Shalom.

En raison du manque d’ordre dans la bande de Gaza, la capacité de passage du nombres de camions n’a jamais été portée à son maximum par les responsables palestiniens.

Une étude des Nations Unies a constaté que le blocus naval de la bande de Gaza par Israël était légal et approprié. Israël a publié l’existence du blocus et les coordonnées précises du blocus par les canaux maritimes professionnels acceptés internationalement.