La liberté de culte

En tant que pays de la région du Moyen-Orient engagé à assurer une pratique de la religion libre pour tous, indépendamment de l’appartenance religieuse, Israël est une oasis de liberté religieuse au Moyen-Orient.

Le gouvernement israélien prend en charge les services religieux des communautés de toutes les confessions. Ce qui comprend le financement les livres du coran et les frais d’entretien de plus de 100 mosquées ainsi que les salaires des dirigeants religieux musulmans ; Le pays sert de refuge pour les minorités persécutées dans les pays voisins ; il permet aux citoyens de toute religion d’exercer des fonctions politiques et il assure le financement de l’entretien des Lieux Saints de toutes les religions.

La Déclaration d’indépendance d’Israël, établie en 1948, décrit le pays comme un état juif, mais il étend clairement les libertés religieuses à tous ses habitants en déclarant que l’État d’Israël « garantira une complète égalité des droits sociaux et politiques à tous ses habitants sans distinction de religion, de race ou de sexe ; il garantira la liberté de religion, de conscience, de langue, d’éducation et de culture; il protègera les lieux saints de toutes les religions. »

Depuis la réunification de la ville de Jérusalem en 1967, Israël autorise l’accès aux Lieux Saints de toutes les confessions et a restauré et reconstruit les lieux saints chrétiens, juifs et musulmans.

La loi israélienne permet aux personnes de toutes confessions l’accès à la myriade de lieux saints du pays, quelle que soit leur appartenance religieuse, au sein d’Israël. Toute personne qui tente d’entraver ce droit fait l’objet de poursuites pénales et de peines d’emprisonnement de plus de cinq ans.

La loi sur la protection des Lieux Saints publiée en 1967, stipule également que toute personne qui saccagerait un site saint pourrait en subir les conséquences juridiques.

La loi stipule : « toute personne agissant d’une manière quelconque qui serait susceptible d’enfreindre la liberté d’accès des membres des diverses religions aux lieux qui leur sont sacrés est passible d’une peine d’emprisonnement de cinq ans. » Certaines exceptions sont autorisées durant les fêtes juives et à la suite d’attaques terroristes lorsque le gouvernement est forcé d’imposer des restrictions suite à des menaces en matière de sécurité.

En revanche, entre 1949 et 1967, alors que les Lieux Saints étaient sous le contrôle de la Jordanie, les Israéliens avaient interdiction de pénétrer dans Jérusalem-Est, y compris la Vieille Ville sous régime jordanien, tandis que les Lieux Saints ainsi que les cimetières juifs à Jérusalem-Est étaient profanés.

En gagnant le contrôle de toute la ville de Jérusalem en 1967, Israël a immédiatement ouvert la zone aux personnes de toutes les religions, afin qu’elles puissent pratiquer librement leur culte dans leurs lieux saints respectifs, sans menace de violence ni de persécution.

Les Juifs en Israël

Israël est le seul pays au monde où la majorité des citoyens est juive. Le diversité de la population juive en Israël varie entre ceux qui se considèrent comme laïques, ou non-pratiquants, jusqu’aux ultra-orthodoxes ou religieux.

Jérusalem, la capitale de l’État d’Israël, est la ville sainte du judaïsme et le foyer de nombreux sites sacrés de la religion, dont le Mur Occidental, le Mont du Temple et le Tombeau de David.

Les Musulmans en Israël

La population musulmane en Israël est composée principalement d’environ 1,4 millions d’Arabes sunnites, qui vivent pour la plupart dans le nord d’Israël. Les Circassiens et des Bédouins font partie de la population musulmane d’Israël.

Le mont du Temple à Jérusalem, qui comporte le Dôme du Rocher et la mosquée d’Al-Aqsa, est le troisième lieu saint de l’Islam.

D’autres sites célèbrent incluent la mosquée El-Jazzar à Saint Jean d’Acre et le Tombeau des patriarches à Hébron en Cisjordanie, nommée historiquement la Judée et la Samarie, qui pourraient faire partie d’un futur état palestinien. Israël finance plus de 100 mosquées et paie les salaires de leurs imams (chefs religieux). En outre, Israël achète les corans utilisés dans les mosquées. Le gouvernement israélien finance également les écoles arabes, ainsi que de nombreuses écoles et collèges islamiques. Les écoles gérées par les arabes enseignent les études islamiques et l’arabe, en plus du cursus général du Ministère de l’Éducation israélien.

Les Chrétiens en Israël

Israël est le foyer des sites les plus saints du Christianisme, comme l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem, où Jésus fut crucifié puis ressuscité, la Basilique de l’Annonciation en Galilée dans la ville de Nazareth, dans le nord d’Israël, l’église de la Nativité à Bethléem, en Cisjordanie, la salle de la Dernière Cène et la Via Dolorosa à Jérusalem, le Lac de Tibériade au nord d’Israël, et le Mont des Oliviers à Jérusalem, vénéré dans le Judaïsme, l’Islam et le Christianisme.

Image Bank

No images found

Related EIPA Updates

No EIPA updates found