Les parties politiques en 2013

> Likoud – est un mot en hébreu signifiant « consolidation ». Il s’agit également du principal parti conservateur israélien. Ces dirigeants ont tendance à soutenir les implantations israéliennes et rejeter les propositions de partition de Jérusalem. Comme ses rivaux politiques, le Likoud aspire à des accords de paix avec les voisins d’Israël, conditionnés par des efforts de réciprocité pour mettre un terme aux activités terroristes aux frontières d’Israël. Le parti prône également une économie de marché libre et pro-capitaliste. Le Likoud se trouve à la tête de la coalition gouvernementale actuelle et le dirigeant du parti, Benjamin Netanyahou est l’actuel Premier Ministre d’Israël.

> Yesh Atid – « Il y a un Futur » est un parti politique centriste israélien fondé par l’ancien journaliste Yair Lapid en 2012. Concourant aux élections législatives en 2013, Yesh Atid s’est placé en seconde position. Selon la programme du parti, les buts principaux du parti sont le changement des priorités en Israël avec un accent particulier sur les questions de société, sur l’éducation, le logement, la santé, les transports et la gouvernance ainsi que l’amélioration des conditions de la classe moyenne, le changement du système gouvernemental, l’égalité au niveau de l’éducation, tous les élèves israéliens doivent bénéficier d’un enseignement général, tous les Israéliens sont obligé de s’enrôler dans l’armée et tous les Israéliens sont encouragés à rechercher un travail, y compris les personnes situés dans le secteur ultra-orthodoxe et arabe.

> Avoda – Le parti « Travail »  est le parti travailliste de centre-gauche qui fut l’un des deux blocs dominants en Israël (avec le Likoud et ses prédécesseurs) depuis la fondation de l’état en 1948. Les dirigeants travaillistes sont enclins à soutenir les négociations avec les Palestiniens et le démantèlement de la plupart des implantations israéliennes en Cisjordanie en contrepartie de la paix. Le programme du parti travailliste met l’accent sur une politique économique sociale libérale et une forte défense.

> Habayit Hayeudi – « Le Foyer Juif » est un parti politique religieux sioniste en Israël. Ces orientations politiques sont décrites comme d’extrême-droite. Il a été formé à l’origine par la fusion du Parti National Religieux, Moledet et Tkouma en Novembre 2008. Lors des élections pour la 19ème Knesset, les parties Foyer Juif et Tkuma ont fusionné leurs listes sous le leadership du président du Foyer Juif, Naftali Bennett, tandis que les autres membres de l’Union Nationale formaient le parti Otzma LeYisrael.

> Shas – Un acronyme pour les « Gardiens Sépharades de la Torah », le parti représente principalement les Juifs ultra-orthodoxes venus par le passé en Israël de pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Shas possède un agenda social conservateur soutenant le paiement de larges prestations sociales, notamment pour les étudiants des séminaires religieux. Sa politique envers les Arabes palestiniens est relativement flexible. Shas a souvent détenu la balance du pouvoir parmi les principaux blocs parlementaires, lui permettant ainsi de maximaliser son influence.

> Hatnua – « Le mouvement » est un parti politique centriste libéral en Israël dirigé par Tzipi Livni. Le parti a été formé par des dissidents de Kadima, un parti conduit par Livni jusqu’en Mars 2012 dont elle a perdu la direction lors d’élections en faveur de Shaul Mofaz. Relativement similaire à l’idéologie du Parti Travailliste et Yesh Atid qui se sont principalement focalisés sur les questions intérieures et socio-économiques lors de la campagne de 2013, Hatnua s’est positionné en premier lieu pour une avancée en force d’un accord de paix avec les Palestiniens.

> Yehadout HaTorah Hameukhedet – Le « Judaïsme unifié de la Torah » est le fruit de l’alliance de deux partis politiques ultra-orthodoxes ashkénazes moins importants en nombre. Il représente la communauté montante ultra-orthodoxe. Il s’oppose à la séparation de la religion et de l’état, à l’enrôlement des jeunes ultra-orthodoxes dans l’armée et à tout changement des lois du pays qui interdisent l’ouverture de la plupart des commerces les samedis et jours de fête. Le parti a réussi à garantir les aides financières pour la communauté ultra-orthodoxe, y compris les allocations familiales pour familles nombreuses octroyées par le gouvernement.

> Hadash – est un mot hébreu signifiant « Nouveau » ainsi que l’acronyme en hébreu pour « Le Front Démocratique pour la Paix et l’Egalité ». Il s’agit d’un parti d’extrême gauche trouvant ses racines dans le parti communiste anti-sioniste israélien qui se définit comme un « Parti judéo-arabe ». Les points principaux du programme de Hadash comprennent le retrait israélien aux frontières d’avant 1967, la création d’un état palestinien à côté d’Israël, la séparation de la religion et de l’état, la réalisation totale des droits des citoyens arabes d’Israël, un « droit de retour » des Palestiniens sur le territoire israélien ainsi que la ratification du traité de non-prolifération nucléaire et une politique en faveur des droits des travailleurs.

> Ra’am-Ta’al – l’acronyme en hébreu pour la « Liste Arabe Unifié – Le Mouvement Arabe du Renouveau », il s’agit du plus grand parti arabe à la Knesset qui soutient la fin de ce qu’il considère comme l’occupation israélienne des Territoires. Il est en faveur de la création d’un état palestinien indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale. Le parti appelle au démantèlement de toutes les implantations israéliennes y compris celles situées dans le plateau du Golan et le long de la frontière avec le Liban (terres qu’ils prétendent appartenir au Liban).

> Balad – l’acronyme en hébreu de « L’Assemblée Démocratique Nationale ». Le parti a été fondé en 1996, défendant la thèse selon laquelle Israël ne devait pas être un état juif mais plutôt un état démocratique et laïque. Le parti est en faveur du retrait israélien de l’ensemble des territoires palestiniens restants et pour une solution de deux états, dans laquelle un état non juif avec des habitants arabes et juifs coexisterait aux côtés d’un état palestinien. Balad demande à ce que le gouvernement israélien accorde aux Arabes une autonomie complète dans de telles zones au niveau culturel et éducatif.

> Meretz – un acronyme en hébreu pour « Parti Social-démocrate », il s’agit d’un parti d’alliance de gauche soutenant un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens sur la base d’une solution de deux états telle que définie dans l’Accord de Genève. Le parti est également concerné par les questions de droits de l’homme, les droits des minorités, les droits des femmes, la justice sociale et l’environnement. Le Nouveau Mouvement – Meretz est très proche du mouvement la « Paix Maintenant », une organisation non gouvernementale de gauche.

> Kadima – un mot hébreu signifiant « En Avant », créé en 2005 par l’ancien Premier Ministre Ariel Sharon comme bloc centriste avec pour mission le désengagement unilatéral de la Bande de Gaza. Sharon a subi une hémorragie cérébrale le 4 Janvier 2006. Ehud Olmert, vice Premier Ministre à l’époque a conduit le parti à la victoire aux élections de 2006. Sous Olmert, Kadima est devenu le plus grand parti de la Knesset, le parlement comprenant 120 sièges.

Image Bank

No images found

Related EIPA Updates

No EIPA updates found